Le Dilemme des Marins Francais

MBowkerDG[Ser#-DoB]-151216-130001.jpg
MBowkerDG[Ser#-DoB]-151216-130002.jpg

Title

Le Dilemme des Marins Francais
Propaganda Leaflet F17

Description

The following talk was recently addressed on London Radio by an officer now serving in the Free French Naval Forces to his brother, an officer on board the “Strasbourg”. It sums up in a moving manner the distressing conflict between military duty and the doubts and misgivings with which in these tragic hours every true Frenchman is assailed.

Publisher

IBCC Digital Archive

Contributor

Frances Grundy

Rights

This content is available under a CC BY-NC 4.0 International license (Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0). It has been published ‘as is’ and may contain inaccuracies or culturally inappropriate references that do not necessarily reflect the official policy or position of the University of Lincoln or the International Bomber Command Centre. For more information, visit https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/ and https://ibccdigitalarchive.lincoln.ac.uk/omeka/legal.

Format

One double sided printed leaflet

Language

Type

Identifier

MBowkerDG[Ser#-DoB]-151216-130001,
MBowkerDG[Ser#-DoB]-151216-130002

Spatial Coverage

Transcription

[box with tricoleur boundary]
LE DILEMME DE MARINS FRANÇAIS
posé par
UN MARIN FRANÇAIS
[/end of box]
[italics] L'allocution suivante fut récemment prononcée à la Radio de Londres par un officier de marine actuellement en service avec les Forces Navales Françaises et Libres. Elle fut adressée par lui et son frère, officier à bord du ''Strasbourg''. Elle résume de la façon la lus émouvante le conflit angoissant entre le simple devoir militaire et les doutes et appréhensions qui assaillent en ces heures tragiques tout bon Français.[/italics]
Neuf heures du soir – la rade de Toulon très calme sous le ciel étoilé – pas une lumière - pas un bruit le grand bâtiment qui est là amarré au milieu de la rade, c’est le ''Strasbourg'' le plus beau croiseur cuirassé, avec le ''Richelieu'', des forces navales françaises. Il bât pavillon du vice-amiral Jean de Laborde, commandant en chef la première escadre.
Je franchis la coupée. Je trouve mon chemin dans l’enchevêtrement des coursives, des échelles; je monte dans l'énorme tour d'acier du blockhaus central. Sans faute, je connais le ''Strasbourg'': je suis marin et c'est mon frère, un marin aussi, que je vais retrouver.
Sur la passerelle obscure, un lieutenant de vaisseau marche de long en large avec régularité. Je te reconnais, mon frère, lieutenant de vaisseau sur le ''Strasbourg.'' Je te prends le bras …. Veux-tu que nous la passions ensemble, cette soirée de quart sur rade?...
Car on fait le quart sur rade, comme autrefois, quand la France était en guerre … Car sur tous les bâtiments français, à cette heure-ci, il y a des officiers et des marins aux aguets …
Aux aguets contre qui? ...
Contre l'Allemagne? … Contre l'Italie? … Contre L'Angleterre? …
Mon frère … nous sommes seuls, tous les deux, sur la passerelle obscure.... Le timonier de service est trop loin pour nous entendre …. Les matelots de quart aux tourelles, aux mitrailleuses, à la D.C.A., poursuivant leur rêve indistinct, à la lueur des étoiles …. Dis-moi ... contre qui fais-tu le quart?
Comme tu es embarrassé pour me répondre....
Tu me dis … ''J’obéis aux ordres.''
Aux ordres de qui? Oui, je sais, il y
[page break]
[heading] DISTRIBUÉ PAR LA R.A.F. [/heading]
a la hiérarchie, la pyramide des commandants, des amiraux ….
Tu fais le quart, toute la bordée des canonniers fait le quart, ce soir, comme tous les soirs, en vertu des ordres de Darlan.
Contre qui? …
Tu ne réponds pas?
Tu vois sur la rade ces autres bateaux? Les croiseurs, les contre-torpilleurs, les sous-marins? On les devine tous, à la lueur des étoiles. Sur toutes ces mécaniques splendides la perfection a été poussée à un point absolu. Les machines graissées sont luisantes. Les tourelles fonctionnent sans heurts, sans accrocs, les canons prennent dès qu'on le veut, l'angle de visée exact, les téléphones, les postes émetteurs et récepteurs sont impeccables .... les hommes mêmes ont acquis la régularité, la sûreté des machines...
Et cela depuis bien avant la guerre.... Mon frère,... toi et moi, et des milliers d'autres, nous avons travaillé pour que tout cet acier, toutes ces machines, arrivent à faire de splendides mécaniques de combat.... Ces bâtiments, tu les vois là, devant nous? Ils sont là, devant nous? Ils sont là, pourquoi? Ils serviront à quoi? Tu ne réponds pas? Tu as froid peut-être? Rentrons. Nous voici à nouveau dans l'abri de navigation; obscur? Pas tout-à-fait. Dans son habitacle, la boussole s’éclaire d'une faible lueur?.... Tu la regardes, d’instinct.... Tu ne sais pas ce qu'elle m’évoque cette lueur?
Sur d'autres bâtiments, sur d'autres passerelles obscures il y a aussi des officiers de quart qui fixent la boussole faiblement éclairée. Alentour, dehors, c'est l’obscurité totale, aussi. Ces bâtiments-là sont à la mer, ils sont en patrouille, ils sont en convoi.... Oh! Ce n'est pas le ''Strasbourg,'' ni le ''Richelieu''; ils sont plus modestes …. Ce sont le bâtiments de Forces Françaises Libres.
Et là aussi, il y a la bordée de quart que veille … et là aussi, il y a des mécaniques parfaites, et des armements de mitrailleuses, et des armements de D.C.A. Seulement ces marins qui sont de quart, ils [italics] savent [/italics] pourquoi ils sont là, [italics] savent [/italics] ce qu'ils font … A bord de ces bâtiments, il n'y a pas que des mécaniques parfaites , il y a des hommes. Et dans leur cœur, comme le lueur discrète de la boussole, il y a la certitude de leur devoir … et l'espérance, la lueur qui ne s’éteindra pas. Ils n'ont pas, eux, l’écœurante sensation qui t’obsède, mon frère, de fourbir leurs machines de exercer leur appareils uniquement pour permettre à leur chef ignoble jeu d'amiral-politicien.
Mon frère … je te connais … je sais bien que tu n'attends pas de l'amiral Darlan une place sous-préfet ou de commissaire de police. Dans la famille nous avons un peu trop de fierté pour cela … Alors … pourquoi fais-tu le quart, ce soir? … Je te le demande … et n'oses pas en convenir … mais au fonds tu le sais bien … Si tu fais le quart ce soir, sur la rade endormie, si tu continues tes exercices demain et tes réglages d'appareils, est-ce pour reprendre un jour comme nous et avec nous la lutte pour la France contre l'envahisseur, aux côtés de nos alliés de toujours? C'est cela qu'elle te rappelle, cette douce lueur de la boussole. C'est elle que nous évoquerons, à la table de famille, après la victoire, quand tu me diras de cette soirée de quart … en empruntant, tout naturellement, le langage des combattants: ''Ah, oui, c'était avant que nous reprenions l'offensive quant tu étais déjà en ligne et que nos étions encore au repos.''
[photograph labelled] LE STRASBOURG

Collection

Tags

Citation

Propaganda Warfare Executive, “Le Dilemme des Marins Francais,” IBCC Digital Archive, accessed November 15, 2019, https://ibccdigitalarchive.lincoln.ac.uk/omeka/collections/document/17671.

Item Relations

This item has no relations.

Can you help improve this description?